Astuce refaire sa toiture soi-même c’est possible

Astuce refaire sa toiture soi-même c'est possible

Conçue pour être protectrice contre les aléas naturels, dont les intempéries, une bonne toiture doit être fabriquée avec un matériau de haute qualité. Tout au long de son existence, un manque ou une insuffisance d’entretiens est à l’origine de son usure. Dès lors, elle perd progressivement sa propriété essentielle et risque d’être soumise aux fuites. Voici donc quelques astuces pour conserver l’état initial de votre toiture afin de la rendre performante aux intempéries le plus longtemps possible.

Peut-on faire soi-même l’entretien de sa toiture ?

Cela dépend du type de toiture. En effet, il en existe trois, à savoir : l’architecture en terrasse, arrondie et en pente. Toute structure a besoin d’être rénovée. Le propriétaire, dans le souci de payer cher pour un couvreur, veut exécuter ce travail lui-même. Il est cependant à noter que, dans la mesure de sécurité et de bonnes pratiques, seules les installations basses et horizontales sont réparables par soi-même.

En outre, les toitures courbées et inclinées, telles en ardoise, demandent plus d’expériences et de compétences que les charpentiers amateurs ne possèdent pas. Ainsi, il est recommandé de toujours faire recours à un professionnel pour ce genre de construction. Sinon, pour le cas d’un faîtage en terrasse, les éléments sont déjà susmentionnés et le propriétaire peut refaire la toiture soi-même.

 

Quels éléments de la toiture devront faire l’objet d’une rénovation ?

Avant de procéder à un tout premier entretien, ce qui est à faire régulièrement, c’est de vérifier pièce par pièce l’état de la chaume, et avoir une idée claire sur les méthodes de réparations correspondantes. À part la toiture proprement dite, des composantes secondaires devront également être considérées, à l’instar des unités d’ouverture et de finition. Sinon, pour mieux mesurer les dangers, le propriétaire peut engager un personnel qualifié.

Le premier élément d’un auvent est la charpente. Il s’agit de l’ossature de la construction en étant formé par un assemblage de matériaux robustes (bois ou métal). Éventuellement, elle est de nature viagère même sans être entretenue. Puis, il y a la couverture proprement dite. Celle-ci n’est autre que l’ensemble de tuiles ou d’ardoises, premier responsable du pouvoir protecteur de la toiture contre les catastrophes naturelles. Elle est la plus exigeante en termes de réaménagement : enlèvement des herbes qui peuvent y être poussées, fréquents nettoyages, réparation ou changement des pièces défectueuses… Elle est installée sur des barres en bois qu’on appelle « liteaux ». Sous le vitrage existe un vide : le comble. Il est indispensable de contrôler s’il permet encore d’infiltrer les eaux de pluie sur la verrière.

Dernier conseil, au cas où des panneaux voltaïques seraient installés sur la toiture, des mesures réglementaires, disponibles sur le site public correspondant, sont à prendre lors d’un entretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *