Comment récupérer l’eau de pluie ?

récupérer eau de pluie

Suivant les conditions climatiques en France, on est estime qu’un toit dispose la capacité de récupérer jusqu’à 1000 litres d’eau de pluie/mètre carré/an. En moyenne donc, un toit d’une surface totale de 100 mètres carré peut avoir un rendement minimum de 75 m3 par an.

Actuellement un foyer composé de 4 personnes consommerait près de 150m3/an. De ce fait, en récupérant l’eau de pluie, il est tout à fait possible de réduire moitié cette consommation.

Pas seulement plus économique, se lancer dans la récupération de l’eau pluviale est aussi un geste écologique. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’installation d’un récupérateur d’eau pourrait ouvrir à l’obtention d’un crédit d’impôt. Néanmoins, il est important de noter que l’installation de ce type de dispositif demande l’intervention d’un professionnel tel  https://belfix.be/fr/plombier.

Les principaux usages de l’eau de pluie

L’eau de pluie récupérée pourrait être destinée à plusieurs usages. Néanmoins, pour des raisons sanitaires, la loi restreint l’utilisation de l’eau de pluie dans la vie quotidienne.

Usage à l’intérieur

  • WC :

Une chasse d’eau consomme en moyenne 6 à 12 litres par usages. Et si elle fait l’objet d’une fuite, cette consommation pourrait même jusqu’à atteindre les 15 litres. En utilisant l’eau de pluie donc, on peut diminuer de manière significative cette consommation.

  • Lave linge :

Pour un ménage de 4 personnes, un lave-linge aurait un besoin en eau de 10 000 litres par an. Et tout comme pour la chasse d’eau, la réutilisation de l’eau pluviale  constituerait comme une très bonne alternative.

Usage à l’extérieur

  • Jardin et potager :

Les plantes, les fleurs et les potagers consomment une importante quantité d’eau. A cet effet, en utilisant l’eau de pluie, il est tout à fait possible de faire une économie non négligeable.

  • Piscine :

Actuellement de plus en plus de particuliers construisent une piscine ou exploitent une piscine hors sol. Consommant environ 15m3 d’eau par an (piscine de 4×8 m), l’eau de pluie récupérée pourrait bien servir pour l’alimentation du bassin.

  • Nettoyage sol, garage et voiture :

Comptant également parmi les besoins en eau d’un ménage, le nettoyage du sol, du garage, d’un abri de jardin ou d’une voiture demande beaucoup d’eau. Donc pour éviter un gaspillage inutile, le mieux c’est d’exploiter l’eau pluviale.

L’eau pluviale est elle adaptée pour un usage domestique ?

Non, l’eau de pluie ne peut pas être consommée. Avant tout, le toit d’une maison disposerait de résidus toxiques pouvant être nocifs pour la santé. Même bouillie donc, cette eau resterait non potable. Après, dans certaines régions surtout dans les grandes agglomérations, l’eau de pluie pourrait potentiellement être constituée de polluant (pluie acide). A cet effet, il est tout simplement impossible de la boire.

Les dispositifs nécessaires pour la récupération de l’eau de pluie

L’installation d’un récupérateur d’eau de pluie devrait impérativement suivre des normes. C’est pour cette raison qu’il faut à priori à se fier à des entreprises qualifiée. Outre la pose et l’installation, ces professionnels en plomberie pourraient aussi fournir des conseils sur les équipements et matériels qu’il faut acheter pour ne pas s’induire en erreur.

                Cuve de stockage :

C’est l’élément principal du récupérateur. En fonction de la surface du toit, sa taille pourrait varier. Pour un toit de plus de 100m2 par exemple, il faudrait une cuve de plus de 1000 litres au minimum. Côté disposition, une cuve ou citerne de stockage d’eau de pluie pourrait être hors sol, semi enterrée, ou enterrée.  

                Système de filtration :

Même si l’eau de pluie serait utilisée pour le jardinage et le WC, il est obligatoire de la filtrer. Pour ce faire, le dispositif de filtration devrait se répartir en trois parties (préfiltration, filtration primaire et filtration secondaire).   

                Pompes:

Pour tirer l’eau jusqu’aux réseaux de distribution, l’acquisition de pompe est un impératif. Suivant la taille de la cuve, sa puissance pourrait varier.

Pourquoi la récupération d’eau de pluie est potentiellement rentable ?

Même si la construction d’un récupérateur d’eau pourrait coûter jusqu’à 8 000 euros rien que pour la cuve (10m3), son usage est potentiellement rentable. Déjà, son utilisation pourrait réduire à plus de 50% la facture d’eau. Après, comme l’eau de pluie est très pauvre en calcaire, elle peut ralentir l’usure des tuyauteries ainsi que des appareils électroménagers. Aussi, comme on l’avait cité auparavant, elle ouvre également droit à un crédit à l’impôt qui pourrait s’élever jusqu’à 16 000 euros.

Les réglementations à connaitre sur la récupération d’eau pluviale

Même si l’Etat recommande la récupération de l’eau de pluie, il impose toutefois des réglementations sur son usage et son installation.

  • Faire une déclaration auprès de la mairie avant son installation

Avant de construire un récupérateur d’eau de pluie, il faut impérativement soumettre une déclaration auprès de la mairie ou la commune compétente. C’est ensuite après leur aval qu’on peut procéder à sa mise en place.

  • Toujours faire mention d’eau non potable sur les points de distribution

Comme l’eau de pluie n’est pas destinée à la consommation, sur les points de distribution, il faut faire une mention stipulant que l’eau n’est pas potable. Cette mesure n’est pas seulement destinée pour les professionnels, mais c’est également obligatoire pour les particuliers.

  • Obligation d’entretenir régulièrement son récupérateur d’eau de pluie

Impérativement, un récupérateur d’eau pluviale devrait faire l’objet d’un entretien périodique surtout au niveau du système de filtration. Et conformément à la loi, cette procédée devrait être effectué par un professionnel. A part cela, l’exploitant d’un récupérateur devrait aussi contrôler fréquemment le PH de l’eau surtout s’il est utilisé pour alimenter le bassin d’une piscine.