Conseil pour arrêter de fumer – Tabac : arrêter sans danger

arrêter-de-fumer

On connaît ses méfaits, évitons ceux du sevrage ! Quelqu’un s’est-il posé la question de savoir si l’arrêt du tabac pouvait mettre en péril la santé et la qualité de vie du fumeur repentant ? Oui, le Dr Jacques Pieri. Ce médecin, auteur d’Arrêt du tabac : attention aux dangers ! (Le Cherche Midi), veut rétablir quelques vérités.

Un sevré averti en vaut deux
En arrêtant de fumer, il ne faut pas imaginer que votre vie deviendra merveilleuse du jour au lendemain… Daprès le Dr Pieri, il faut prévenir les fumeurs des désagréments pouvant survenir lors du sevrage : « Sans cet éclairage, la rechute est possible, rendant alors le repentant déçu, coupable et incompris ». Les fumeurs sont différents les uns des autres et il n’y a pas, pour un sevrage réussi, « une seule règle, une seule méthode, mais autant de possibilités qu’il y a de personnes, la première étant d’admettre que le succès du sevrage relève souvent de l’imprévisible ! ».

En arrêtant de fumer, on prend généralement 2 à 3 kilos. Non seulement on grignote par habitude de porter quelque chose à sa bouche et on ne bénéficie plus de l’effet coupe-faim de la nicotine, mais il peut arriver que l’on grossisse sans manger davantage… L’organisme « brûle » moins d’énergie. Tant que le surcroît de poids se limite à 2 ou 3 kilos, rien de grave. Mais certains ont moins de chance : « Il n’est pas rare de voir des personnes prendre 10 kilos en quelques mois, et même beaucoup plus ! ». Le Dr Pieri signale au passage qu’un fort surpoids met la santé en péril, peut-être davantage encore que le tabagisme.

Pourtant, il n’est pas question de continuer à fumer, il faut simplement prévoir. Ses conseils sont précieux. Certains doivent commencer par maigrir de quelques kilos avant d’arrêter de fumer, d’autres prendront des mucilages pour caler leur estomac, d’autres encore feront appel à des techniques capables de calmer leur extrême nervosité, prendront des substituts…

Des désagréments transitoires
L’arrêt du tabac rime souvent avec le début de la constipation… Avant même de stopper la cigarette, il faut donc se mettre à boire davantage d’eau et changer son régime alimentaire pour y ajouter des fibres – légumes et fruits. Ainsi, tout se passera bien. En cessant de fumer, on peut aussi avoir un peu mal à la tête les premiers jours, attraper un petit rhume et tousser. L’organisme élimine. Ces désagréments sont transitoires et, lorsque l’on est prévenu, il est plus facile de prendre son mal en patience. Mieux vaut une toux au moment du sevrage qu’une bronchite chronique après des années de tabagisme !

Le Dr Pieri s’insurge aussi contre les messages violents, du type « Le tabac tue », qui font cauchemarder. Pour lui, la motivation du sevrage doit être positive : faire un bébé, déménager, plaire à l’être aimé… Il faut choisir le bon moment et se fixer une date butoir. Réduire sa consommation ou passer aux light ne sont aucunement des solutions. Le chemin du sevrage n’est pas facile et le Dr Pieri en connaît les embûches ; il vous invite à commencer par faire le point, « pour ne pas foncer tête baissée dans un combat » sans connaître votre ennemi. Quand a moi, je vous conseil de visiter ce site (e-liquide sur Nicovip.com) pour choisir votre e-liquide.

Il ne faut pas être naïf et croire que la cigarette électronique n’est pas dangereuse

Suite à pas mal de conversations sur le forum de la cigarette électronique, quelques précisions s’imposent afin que les choses soient claires pour tout le monde avant de venir attaquer les membres sur le sujet de la santé concernant la cigarette électronique !

Il ne faut pas être naïf et croire que la cigarette électronique n’est pas dangereuse
Beaucoup de personne ou revendeurs affirment quelle est inoffensive, quelle n’est pas nuisible à la santé et c’est FAUX.

Si ont peut affirmer quelle n’est pas cancérigène, ont ne peut pas en dire autant pour les maladies cardio-vasculaires.
D’ailleurs vous pourrez constater que sur certains site ont affirme le produit totalement inoffensif mais également que son usage est interdit pour les femmes enceintes ou allaitantes, les malades du cœur etc… Ce qui est contradictoire.

La plupart ne mettent même pas ces réserves car ils ont bien compris qu’il est délicat de s’engager dans de tel propos et ils ont raison ne serait-ce que par respect des utilisateurs et prévention.

Toutefois nous ne voyons toujours pas d’analyses concrètes pour autant et cela est bien dommage.

En effet, beaucoup proposent des cartouches à la nicotine. Certes elle a des effets dopants et thérapeutiques mais faut il rappeler que la nicotine est un poison neural violent pouvant entraîner la mort par paralysie respiratoire en cas de surdosage et aussi créant des crises cardiaques à long terme.

Comment contrôler le dosage précis par l’utilisation des sprays et bouteilles de-liquide? A ma connaissance certains le fond mais les preuves restent encore absentes.

Comment contrôler que le processus de fabrication des ces recharges en chines soient soumis a un contrôle de dosage très stricts.
Beaucoup sont des revendeurs et non des fabricants, dautres les 2. Beaucoup prétendent que leur produit est unique et meilleur alors qu’en fait on retrouve des modèles identiques sous des marques différentes. Toutefois cest le choix des composants et la qualité des vérifications qui fait la différence mais elle n’est jamais facile à distinguer.

Par ailleurs, même avec un dosage normal, la nicotine augmente la pression artérielle, fait travailler le cœur plus vite. Cela entraînant une augmentation significative du risque d’infarctus, d’artériosclérose, de problème d’ordre sexuel.

Ce qui fait la différence entre la cigarette électronique et les substituts nicotiniques vendus en pharmacie, c’est que ces derniers sont clairement présentés comme étant destinés au sevrage tabagique, avec une prise dégressive, temporaire, et sous contrôle de votre médecin traitant qui délivre l’ordonnance. Alors qu’en revanche, la cigarette électronique est clairement présentée parfois comme un remplaçant sans danger à la cigarette, pouvant être éventuellement utilise dans l’objectif d’un sevrage à la nicotine.
N’oublions pas que le terme sevrage est un terme médical.
Il est clair que l’absence de substance cancérigène rend la cigarette électronique certainement nettement moins nuisible pour la santé que la cigarette réelle.
Mais de la a affirmer quelle est inoffensive pour la santé, c’est un pas qu’il ne faut pas franchir. Et croyez-moi quand je vous dis que certains sites ont modifiés leurs descriptions suite à mes propos et je les en remercie.

  • Pour un gros fumeur, passer à la cigarette électronique est un progrès, notamment dans l’objectif de l’arrêt du tabac.
  • Pour les petits fumeurs, sils peuvent arrêter totalement la cigarette sans, c’est mieux.
  • Pour les non fumeurs et les mineurs, ne touchez pas a la cigarette électronique, la santé n’est pas un jeu mais un réel don quand elle est bonne.

Le but n’est pas de démontrer que la cigarette électronique est autant nocive que la vraie cigarette. Seulement de rectifier l’affirmation de certains revendeurs que la cigarette électronique est totalement inoffensive pour la santé.

La présence de nicotine dans les recharges étant la raison de la réaction, il est évident que cela ne concerne que les cartouches en contenant et non la cigarette électronique en elle-même

Pour la nicotine à dosage et mode d’absorption égale, il faut s’attendre aux mêmes effets sur la santé.
Mais il ne faut pas oublier que ces cartouches existent avec des dosages différend, permettant ainsi une désaccoutumance de l’organisme à cette substance, ce que ne permettent absolument pas les vraies cigarettes.

De même, il ne faut pas mettre de coté que la vraie cigarette, ce n’est pas que de la nicotine. C’est aussi des centaines de substances nocives, dont certaines fortement cancérigènes.

Pour le moment, il n’existe aucune étude scientifique

Pour le moment, il n’existe aucune étude scientifique concernant le propylène-glycol absorbe spécifiquement au travers dune cigarette électronique. Ce produit est utilise dans les médicaments ce qui prouve qu’il peut être ingéré sans problème, les seuls problèmes répertoriés étant sur des dosages extrêmement important.

Reste à savoir si ce produit ne subit pas de modification lors de son passage de l’état liquide à l’état gazeux. Ce passage ne se fait pas des suites dune combustion, mais dune simple évaporation. Il semble que l’évaporation d’un produit pur a basse température ne modifie pas sa composition moléculaire, seulement sa structure.

Pour le moment, rien ne permet de penser que le propylène-glycol est mauvais pour la sante, même si ce n’est pas une certitude absolue.

De l’autre cote, chaque vraie cigarette que nous fumons diminue sensiblement notre espérance de vie, le tabac est mauvais pour le cœur et est cancérigène, ça c’est une certitude.

Remplacer le tabac par la cigarette électronique peut être un gain certain pour la sante. Et si en plus elle nous permet d’arrêter de fumer, vrai ou fausse cigarette, alors la c’est tout bénéfice.

Au sujet d’études de Laboratoire, bien sur ce serait très rassurant et lèverait tous les doutes, mais cela na de sens que si le processus de fabrication est parfaitement maîtrise, contrôlé, et surtout apporte la certitude d’un dosage constant et précis de chaque produit dans chaque cartouche.

Mais pour tous, quelque soit votre choix, ne croyez pas quinhaler de la nicotine sera sans effet négatif sur votre santé.

Lorsque vous choisissez d’acheter une cigarette électronique, vous êtes sensé avoir pesé les pour et les contres, chacun est libre et responsable de ses choix !

Mon site est là pour vous aider à choisir si votre décision est prise mais en connaissance de cause, je ne pourrais être tenu responsable de vos choix. Vous êtes des grands garçons et des grandes filles !

Moi j’ai fais le mien et il est mûrement réfléchis, à vous de vous faire le votre ne venez pas dire que vous n’étiez pas prévenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *